Maville.com  par  Ouest-France
Info

Meurtre d’Alexia Daval. « On a perdu deux êtres qu’on aimait énormément »

...
photo la famille d'alexia daval a témoigné de son désarroi sur bfmtv. © capture écran bfmtv

La famille d'Alexia Daval a témoigné de son désarroi sur BFMTV.© Capture écran BFMTV

Les parents de la jeune femme retrouvée morte en Haute-Saône accompagnés de leur autre fille et de son mari ont accordé une longue interview filmée à BFMTV. Ils témoignent de leur désarroi, après les aveux de leur gendre Jonathann Daval.

Un mois après les aveux de leur gendre, Jonathann Daval. Après leur entretien à L’Est Républicain jeudi, les parents d’Alexia Daval, la jeune femme de 29 ans, assassinée fin octobre en Haute-Saône, ont accordé une interview à BFM TV.

En compagnie de leur autre fille Stéphanie et de son mari Grégory, Jean-Pierre et Isabelle Fouillot racontent comment ils ont vécu ces dernières semaines, alors que leur gendre a avoué le meurtre de sa femme Alexia. Encore sous le choc, ils ne comprennent toujours pas ce qui a pu se passer.

Un couple qui semblait heureux

« On n’imaginait pas et on n’arrive toujours pas à imaginer », explique Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia. « Jamais on aurait pu imaginer ce qu’il se passait dans leur vie de couple », confirme le beau-frère de la jeune femme.

Le couple semblait épanoui alors qu’il essayait d’avoir un enfant. « On n’a jamais entendu un cri, aucune dispute, même pas un haussement de voix. Ils ont vécu un an avec nous avant de trouver une maison. Tout s’est toujours très bien passé. Il n’y a jamais eu de heurts », raconte Jean-Pierre, le père de l’employée de banque de 29 ans. « Il [Jonathann] était toujours vu aux petits soins pour Alexia, il a toujours été très attentionné », ajoute Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia.

Les parents de la jeune femme réfutent les accusations de l’avocat de Jonathann Daval qui évoque la personnalité écrasante d’Alexia. « On aurait remarqué si Jonathann était en détresse », assure Grégory.

« Alexia était comme les jeunes filles de son âge. Elle était ouverte. Elle savait ce qu’elle voulait, elle savait mener sa barque, mais ça ne veut pas dire une personnalité écrasante ! », s’indigne Isabelle Fouillot, sa mère.

« Il était d’un calme absolu »

Depuis les aveux de leur gendre, les parents de la jeune femme se remémore en boucle les événements depuis le soir du meurtre. Le couple était invité à manger chez les parents d’Alexia. « Tout s’est très bien passé comme à chaque fois », affirme Jean-Pierre.

Le lendemain, il revoit son gendre passé au bar tabac qu’il tient avec sa femme. « Il faisait son petit tour en ville et il était d’un calme absolu. Il a vu Jean-Pierre au bar… mais lui, il n’a rien remarqué ».

La sœur d’Alexia, reçoit quant à elle un message. « Vers 9 h 15 j’ai reçu un texto qui disait : « je pars courir à toute à l’heure », confirme sa sœur Stéphanie.

« La manipulation est allée très loin »

Pourtant Jonathann avouera trois mois plus tard, qu’il avait à ce moment-là déjà tué sa femme et caché son corps dans un petit bois. « Quand on y repense on se dit que la manipulation est allée très loin ».

Jonathann « est arrivé à la maison vers 11h/ 11h15 », raconte à son tour Isabelle Fouillot. « Il était en pleurs. Il a dit qu’il était arrivé quelque chose à Alexia. Moi je pensais qu’elle allait rentrer cela ne faisait que deux heures qu’elle était partie. Mais c’est vrai que lui était déjà en pleurs ».

Pour le soutenir et le rassurer, son beau-frère l’accompagne. « On est parti à la recherche d’Alexia. On a regardé dans les fossés, puis on est retourné chez lui. Là je l’ai entendu appeler Alexia deux fois. Il est redescendu en pleurant. Sa mère et son frère sont arrivés, puis je l’ai emmené aux urgences. Il n’y avait rien, alors on est allé à la gendarmerie à midi. »

Les gendarmes prennent la disparition très au sérieux et commencent rapidement les recherches pour retrouver la jeune femme. Le corps brûlé d’Alexia Daval a été retrouvé trois jours plus tard, dissimulé sous des branchages dans un bois près de Gray. Selon l’autopsie, elle a été frappée et étranglée.

Pendant trois mois, Jonathann Daval s’était présenté comme un veuf éploré, soutenu par les parents de la victime. Il avait participé à plusieurs hommages rendus à la victime, évoquant Alexia comme son « oxygène ».

« Il était dans l’amour avec nous »

Il retrouve régulièrement la famille de la jeune femme. Il appelle même Isabelle Fouillot « maman ». La famille est ensemble le soir de Noël. « Il a pleuré avec nous », se souvient le père d’Alexia.

À aucun moment ils ne doutent de la culpabilité de leur gendre. « Jamais il ne nous a dit une phrase qui aurait pu nous mettre la puce à l’oreille ». « Il était dans l’amour avec nous, il était dans l’affection », confirme Isabelle Fouillot.

Jonathann Daval a été mis en examen pour « meurtre sur conjoint » et incarcéré le 30 janvier.

Malgré un chagrin qui « ne partira jamais », les parents d’Alexia affirment n’éprouver aucune haine. « La haine ne changera rien et ne nous ramènera pas Alexia », confie M. Fouillot. Il vit un « double deuil » : « on a perdu deux êtres qu’on aimait énormément Alexia et notre gendre, et ça fait mal ».

 
Ouest-France   Ouest-France  

Donnez votre info

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
Retour en haut