Maville.com  par  Ouest-France
Sport
Accueil Sport Covid-19, budget de la justice… Les cinq temps forts de Jean Castex dans « Vous avez la parole »

Covid-19, budget de la justice… Les cinq temps forts de Jean Castex dans « Vous avez la parole »

...
photo le premier ministre jean castex était l’invité de l’émission « vous avez la parole », jeudi 24 septembre. © thomas coex/afp

Le Premier ministre Jean Castex était l’invité de l’émission « Vous avez la parole », jeudi 24 septembre.© THOMAS COEX/AFP

Invité de l’émission de France 2, jeudi soir 24 septembre, le Premier ministre a dû répondre aux interrogations concernant la situation sanitaire en France. D’autres sujets, comme la sécurité, ont aussi fait débat. Retour sur son intervention en cinq points.

Le Premier ministre a tenu son premier grand oral télévisé, hier soir, sur  France 2 . Invité de l’émission Vous avez la parole, Jean Castex a dû répondre aux nombreuses questions sur la situation sanitaire en France.

Depuis quelques jours, les chiffres de contamination au Covid-19 ne cessent d’exploser : 16 000 cas positifs ont été enregistrés rien que pour la journée de jeudi 24 septembre. Un record. La veille, Olivier Véran, ministre de la Santé, avait annoncé de restrictions plus dures dans certains territoires, notamment à Marseille.

1. « On ne joue pas avec l’épidémie »

Cette phrase, Jean Castex l’a prononcée au tout début de l’émission. En réponse à la fronde menée par les élus locaux à Marseille. La veille, Olivier Véran a annoncé la fermeture des bars et des restaurants dans la métropole d’Aix-Marseille, placée en « zone d’alerte maximale », tout comme La Guadeloupe, dès samedi 26 septembre. Rapidement, les élus de la cité phocéenne ont fait savoir leur désaccord face à ces mesures.

Hier soir, le Premier ministre a appelé à « la responsabilité », qui est « nécessairement collective », face au Covid-19. « Ce que je ne veux pas, c’est qu’on revienne au mois de mars », c’est-à-dire au confinement total du pays.

« Depuis quelque temps, nous sommes sur la riposte graduée : on y va par étapes en fonction de l’évolution de l’épidémie qui n’est pas la même dans tous les territoires. Concernant Marseille, nous avons décidé de prendre des mesures plus dures, pour éviter d’arriver à des situations qu’on a connues au printemps dernier. C’est une course contre la montre. »

Si le gouvernement n’envisage pas un confinement généralisé, le Premier ministre a tout même dit ne pas fermer la porte à cette possibilité, en tout cas localement. « Mais notre stratégie est de continuer à vivre avec le virus », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Covid-19. Les mesures annoncées par Olivier Véran, ultime étape avant un reconfinement ?

2. « Nous allons indemniser les pertes »

Le Premier ministre a annoncé de nouvelles aides pour les entreprises soumises à des fermetures obligatoires ou des restrictions d’ouverture en raison de l’épidémie de coronavirus. Cela prendrait la forme d’exonérations de charges sociales ou une prise en charge totale du chômage partiel durant la période de fermeture.

Interpellé par une restauratrice marseillaise sur la chaîne publique, Jean Castex a affirmé qu’il n’était « pas question que vous subissiez les conséquences de ces mesures sanitaires »

Ces exonérations seront possibles pour toutes les entreprises obligées de fermer, mais aussi pour celles qui subissent des restrictions d’horaires si leur chiffre d’affaires est amputé d’au moins 50 %. En dehors de Marseille et de La Guadeloupe, onze autres métropoles ont été placées en « zone d’alerte renforcée » : Paris, Lille, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, Bordeaux, Lyon et Nice. Dans ces villes, les bars doivent fermer à 22 h.

Le Premier ministre a aussi annoncé un renforcement du fonds de solidarité mis en place depuis le printemps à destination des TPE et indépendants. Les entreprises fermées administrativement et celles à l’activité restreinte (bars, événementiel, etc...) pourront toucher jusqu’à 10 000 € par mois pour compenser la perte de leur chiffre d’affaires.

3. « Les piscines couvertes ferment »

Là aussi, cette annonce fait suite à celles d’Olivier Véran la veille. Jean Castex a précisé, devant les journalistes Salamé et Thomas Sotto, que « les piscines couvertes dans les zones en alerte renforcée ferment » , mais pas les bassins extérieurs.

Quelques heures plus tôt, le gouvernement avait précisé que les salles de sport et les gymnases doivent fermer leurs portes dans ces zones d’alerte renforcée.

4. « Nous appliquerons à Roland-Garros les mêmes règles qu’ailleurs »

C’est un coup dur pour les organisateurs. Roland-Garros aura bien lieu, mais sa jauge est revue à la baisse. Jean Castex l’a annoncé sur France 2, jeudi soir. Au lieu des 5 000 spectateurs prévus, le tournoi du Grand Chelem qui ouvre ses portes dimanche 27 septembre, ne pourra finalement accueillir que 1 000 personnes par jour durant la quinzaine.

Quelques heures avant l’intervention de Jean Castex à la télévision, le directeur du tournoi, Guy Forget, avait déclaré toujours « espérer avoir 5 000 spectateurs. Nous sommes capables d’accueillir cette population sur un stade de 12 hectares », avait-il souligné, insistant sur la superficie du site et des courts à l’air libre pour limiter la propagation du Covid-19. Mais cela n’aura pas suffi : « Nous appliquerons à Roland-Garros les mêmes règles qu’ailleurs », a-t-il martelé. Autrement dit, pas plus de 1 000 personnes lors de rassemblement en zone d’alerte renforcée, et donc à Paris, où se déroule la compétition.

Sur son compte Twitter, le président de la Fédération française de tennis n’hésite pas à préciser qu’avec « 120 m² par spectateur et des opérateurs testés 15 fois par jour, Roland-Garros est l’endroit le plus sûr de la planète ».

Roland-Garros avait déjà été contraint d’abaisser sa jauge à deux reprises depuis début septembre, passant de 20 000 à 11 500 puis 5 000 spectateurs par jour.

5. « Renforcer les pouvoirs de la police municipale »

En dehors du Covid-19, la sécurité a été l’un des sujets qui a animé la soirée sur le plateau de Vous avez la parole. Le chef du gouvernement a annoncé une augmentation de 8 % du budget de la justice pour 2021, indiquant vouloir faire de la priorité de son gouvernement « le renforcement des moyens de la justice et de l’autorité judiciaire ». Cette augmentation, inscrite dans la future loi de finances présentée lundi 28 septembre, est du « jamais vu » depuis plus de 30 ans selon lui.

Lors d’un échange animé avec Robert Ménard, maire de Béziers, Jean Castex a affirmé avoir « l’intention d’adopter des dispositions pour renforcer les pouvoirs de la police municipale et qu’elle travaille encore plus en collaboration avec la police nationale et la gendarmerie nationale ».

Le Premier ministre a aussi annoncé la création de « juges pénaux de proximité » pour que les petits délits ou des délits dits contraventionnels qui « passent sous nos radars compte tenu de l’embouteillage de la justice, soient réellement sanctionnés. »

 
Jennifer CHAINAY.   Ouest-France  

  • merci d'indiquer un nom de film
    merci d'indiquer un titre'
    • Choisir un resto :
    merci d'indiquer un nom de restaurant

    merci de saisir l'adresse du restaurant
    merci de saisir la ville du restaurant

    • Choisir un bar :
    merci d'indiquer un nom de bar

    merci de saisir l'adresse du bar
    merci de saisir la ville du bar

    merci d'indiquer un titre à votre avis
  •  
  • merci d'indiquer un contenu à votre avis
    merci de saisir une note
    L'accueil / la qualité du service
    merci d'indiquer une note pour l'accueil

    L'ambiance / le décor

    merci d'indiquer une note pour l'ambiance

    Le rapport qualité / prix

    merci d'indiquer une note pour le prix
Newsletter maville

Abonnez-vous à la newsletter - Portail

Quiz et jeux

Retour en haut